Trop d’impôts tuent ils vraiment l’impôt ?

Le constat

En pleine période de récession, entre 2009 et 2013, les différents gouvernements qui se sont succédé ont augmenté les impôts en France. Pour la seule année 2013, l’Etat Français a prélevé 50 Milliards d’Euros de plus sur le tissu économique Français qu’au cours de l’année précédente.

Highly detailed planet Earth in the morning. Exaggerated precise relief lit morning sun. Part of Europe, the Mediterranean Sea. Elements of this image furnished by NASA

Le constat des pouvoirs publics, et de la Cour des Comptes est implacable : les recettes fiscales baissent à taux de prélèvement constant. En terme clairs, plus on prélève de l’impôt, moins la base de taxation de ces mêmes impôts est importante….!

Qu’en est il vraiment au delà des polémiques ?

La réalité au niveau macroéconomique est contrastée, car deux contrepoids s’affrontent :

  1. Les prélèvements fiscaux et sociaux Français représentent 2 200 milliards d’Euros par an
  2. La redistribution représente 500 milliards d’Euros

La France a donc cette singularité d’être un pays Latin, avec une politique « Scandinave » de redistribution.

gears concept

L’impôt Français a donc cet inconvénient d’obérer gravement la rentabilité des entreprises, et donc leur compétitivité, et in fine, de sacrifier leur viabilité à long terme.

Cela explique pourquoi la France a autant de « champions internationaux » (voir entreprises du CAC 40) et aussi peu de « champions nationaux » (en comparaison de l’Allemagne).

Simultanément, la politique de redistribution constitue un « filet de sécurité » dont on a pu voir certains effets bénéfiques dans la crise actuelle : pas de récession réelle au niveau macro-économique, et pas de crise majeure.

Mais à l’inverse les constats sont là :

  1. Augmentation du chômage en raison de licenciements massifs dans les TPE PME qui constituent plus de 90 % du PIB Français.
  2. Diminution des marges des entreprises, donc diminution de recettes fiscales (Impôt sur les société, mais aussi CSG CRDS, impôt sur le revenu)
  3. Perte de pouvoir d’achat de toutes les strates de la société : paupérisation de la classe ouvrière, employés, diminution relative des revenus des classes moyennes.
  4. Augmentation des inégalités de revenus : les hauts revenus perçoivent de plus en plus de revenus du capital, et les salaires moyens baissent simultanément……en Euros constants (inflation corrigée).
  5. Plus grave encore, les banques ont constaté une « décollecte » massive : les Français doivent taper dans leur épargne pour continuer à survivre.

On en revient à un principe de base, c’est qu’un Etat, comme une entreprise, comme un ménage, doivent tous obéir à des règles immuables :

  1. On ne peut dépenser plus d’argent que ce dont on dispose, sauf si on investit dans des biens durables que l’on amortit sur plusieurs années.
  2. Une embauche ne peut avoir lieu que si et seulement si elle est nécessaire. Aucun « pacte de responsabilité » ne pourra générer d’emplois durables. Ni l’Etat, ni les entreprises, ni les particuliers n’embaucheront de personnes dont elles n’ont pas les moyens ou le besoin.

Synthèse

En conclusion, et au regard de ce qui se passe dans les autres pays de l’Union Européenne, la France doit réviser sa position :

  •  Elle doit alléger le coût du travail salarié en transférant une partie du coût de la protection sociale sur la consommation (TVA sociale). Contrairement aux idées reçues, la TVA sociale frappe les plus fortunés, car ils consomment plus.
  • Elle ne doit surtout ne pas vivre au dessus de ses moyens : cela implique qu’elle doive intégrer les méthodes modernes de gestion de son personnel et de ses moyens (mise en place d’un Gestion de Ressources Humaines, une dématérialisation et une centralisation de ses fichiers informatiques en les mutualisant entre ses services)
  • Elle doit investir comme un « bon père de famille » dans la recherche, l’infrastructure, l’énergie et l’éducation.

Windiger Herbsttag mit Regenschirmen

Alors quel est votre avis ?

L’impôt tue-t-il l’impôt ?

J’attends vos réactions sur le sujet.

Une réponse à "Trop d’impôts tuent ils vraiment l’impôt ?"
  1. Voici un article très clair qui résume en quelques paragraphes des choses essentielles qui devraient en inspirer certains!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *