Blog sur l’univers Apple et les métiers créatifs

3 erreurs a ne pas faire avec un EQ en mixage

3 erreurs a ne pas faire avec un EQ en mixage

L’EQ est probablement l’outil le plus utile de l’ingénieur du son, que ce soit en live ou en studio, et ceci à toutes les étapes d’une production.

Bien utilisé, il permet de clarifier un mix et de lui donner une couleur agréable.

Ne nous leurrons pas, l’utilisation d’un EQ requiert, comme tout outil, de l’expérience, mais quelques conseils vous éviteront de faire les erreurs les plus basiques que l’on retrouve avec cet outil.

1 – Croire que chaque piste a besoin d’un EQ à tout prix

…Autrement dit, se jeter sur son EQ sans écouter !

C’est l’erreur la plus commune, tant l’envie est grande « d’apporter sa touche personnelle » à une piste.

Mais est-ce bien nécessaire ?

Il est indispensable d’écouter attentivement la source en question avant de se jeter sur l’EQ, afin de voir si elle en a vraiment besoin ! (et s’assurer qu’elle ne sonne pas mieux sans EQ dans le mix, comme cela arrive souvent quand on débute)

Corolaire de ce conseil :

Ne pas céder à la tentation de faire une EQ « comme je l’ai vu sur ce tutoriel » ou « comme on me l’a conseillé » sans être sûr qu’elle sera pertinente sur l’instrument en question, dans le mix en question !

2 – Égaliser en positif plutôt qu’en négatif

Quand vous commencez un mix, il est toujours plus tentant de booster que de retirer…

Prenez une grosse caisse, par exemple  :

/ elle manque de sub, du coup vous prenez votre EQ, ajoutez quelques dB à 80 Hz…

/ Et puis vous trouvez qu’elle manque d’attaque, et vous ajoutez quelques dB à 1,5 kHz…

/ Et puis finalement, elle manque d’épaisseur, donc vous ajoutez quelques dB à 300 Hz…

Ce “réflexe” n’est pas incorrect,

/ mais il est en général plus productif retirer les fréquences gênantes que de booster les fréquences que l’on veut mettre en valeur. / Dans le cas de la grosse caisse, cela peut-être être juste enlever quelques dB autour de 200Hz, pour lui enlever le coté “flou”.

De plus, un EQ en gain négatif s’entendra très souvent moins qu’un EQ en gain positif.

Vos mixages n’en seront que plus clairs et naturels !

3 – Céder à la tentation d’un EQ “impressionnante”

…ou la tentation de l’EQ en ‘V’ !

Ici le mieux est l’ennemi du bien : 

/ Que ce soit sur une piste, un groupe, ou un mixage entier, la tentation est grande d’utiliser l’EQ pour faire sonner une source de manière ‘impressionnante’ (ou comme disent nos amis Anglo-saxons ‘larger than life’).

/ Souvent cela se manifeste par un EQ en ‘V’ à savoir un gros boost dans le bas, et un gros boost dans les aiguës..

Il est important de garder en tête que dans ce domaine, tout est question d’équilibre :

/ un bas équilibré donnera de l’assise et un coté massif, et trop de bas donnera un son sourd et imprécis

/ un haut équilibré donnera un mix précis, et trop de haut donnera un son fin et manquant de puissance

Il est plus sage, d’une manière générale, de rester dans la mesure, et de toute façon, dans un mixage, d’équaliser toutes les pistes de manière complémentaire, afin qu’elles se complètent sans se masquer..    

Utiliser plusieurs cartes-son en même temps

Utiliser plusieurs cartes-son en même temps

Voici une astuce dédiée aux Musiciens, techniciens ou ingénieurs du son qui travaillent sur Mac. Il est possible sur Mac d’additionner les entrées et les sorties de plusieurs cartes son en même temps, c’est redoutablement pratique :)

Pour résumer :

Imaginez-vous dans une de ces situations :

  • je dois enregistrer un concert en multi-piste ; je dispose de 2 cartes-son de marques différentes avec 24 entrées chacune, et je me rends compte au dernier moment qu’il faudrait pouvoir enregistrer 34 pistes…
  • je suis en enregistrement en studio, j’enregistre un groupe en live avec mon convertisseur Apogee, mais j’aimerais pouvoir en même temps écouter le Resultat avec mon convertisseur Lavry
  • je suis DJ, j’ai une carte-son avec 1 sortie stéréo, et j’aimerais me servir de la sortie casque de mon mac en plus pour caler mes morceaux.

Le multi-carte, pendant longtemps une technologie propriétaire

    Pendant longtemps, pour enregistrer / diffuser avec plusieurs cartes-son, il fallait utiliser un système propriétaire, comme propose MOTU depuis quelques années par exemple. Mais comme tout le monde ne veux pas acheter ces marques (pour opter pour une conversion de meilleure qualité par exemple), je vais vous révéler une option plus flexible pour arriver au même but.

La magie du périphérique agrégé

Encore une fois, OS X est là à la rescousse avec une option pas forcément très connue : les périphériques agrégés.

Le périphérique agrégé est un périphérique virtuel que vous pouvez créer comme bon vous semble, et qui regroupe un ou plusieurs périphériques physiques.

Il suffit ensuite de configurer votre séquenceur sur le driver virtuel de l’agrégat ainsi créé, et vous disposez à volonté de toutes les entrées sorties de tous vos périphériques !

Comment on fait ?

 C’est très simple, tout se passe dans le petit logiciel de configuration Audio et Midi situé à cet emplacement :

Applications > Utilitaires > Configuration audio et midi

  

Une fois ouvert, faire ⌘-1 pour afficher la fenêtre de configuration audio :

Pour créer votre périphérique agrégé, cliquez sur le ‘+’ en bas à gauche, puis « créer un périphérique agrégé ». Il ne vous reste plus qu’à renommer votre périphérique, et sélectionner les périphériques physiques que vous souhaitez y intégrer.

Ne vous restera plus qu’a ouvrir votre séquenceur préféré (Cubase, Live, Pro Tools, etc.) et choisir comme driver audio le périphérique que vous venez de créer !

Quelques derniers conseils de bon sens

Evidemment, il pourra être une bonne idée de synchroniser tout vos périphériques sur celui qui a la meilleure horloge, en Word Clock avec un câble BNC, par exemple !

 Il est aussi évident qu’il sera plus prudent d’utiliser des connection haut-débit a mesure que le nombre de flux augmente (il vaudra mieux utiliser les interfaces “mixtes” en Firewire 800 plutôt qu’en 400, si l’on veut enregistrer 56 entrées en simultané)

mais tout cela relève du bon sens, hmmm ?