Vous êtes nouveau sur le blog ?

Téléchargez gratuitement votre eBook de bienvenue !

3 erreurs a ne pas faire avec un EQ en mixage

L’EQ est probablement l’outil le plus utile de l’ingénieur du son, que ce soit en live ou en studio, et ceci à toutes les étapes d’une production.

Bien utilisé, il permet de clarifier un mix et de lui donner une couleur agréable.

Ne nous leurrons pas, l’utilisation d’un EQ requiert, comme tout outil, de l’expérience, mais quelques conseils vous éviteront de faire les erreurs les plus basiques que l’on retrouve avec cet outil.

1 – Croire que chaque piste a besoin d’un EQ à tout prix

…Autrement dit, se jeter sur son EQ sans écouter !

C’est l’erreur la plus commune, tant l’envie est grande « d’apporter sa touche personnelle » à une piste.

Mais est-ce bien nécessaire ?

Il est indispensable d’écouter attentivement la source en question avant de se jeter sur l’EQ, afin de voir si elle en a vraiment besoin ! (et s’assurer qu’elle ne sonne pas mieux sans EQ dans le mix, comme cela arrive souvent quand on débute)

Corolaire de ce conseil :

Ne pas céder à la tentation de faire une EQ « comme je l’ai vu sur ce tutoriel » ou « comme on me l’a conseillé » sans être sûr qu’elle sera pertinente sur l’instrument en question, dans le mix en question !

2 – Égaliser en positif plutôt qu’en négatif

Quand vous commencez un mix, il est toujours plus tentant de booster que de retirer…

Prenez une grosse caisse, par exemple  :

/ elle manque de sub, du coup vous prenez votre EQ, ajoutez quelques dB à 80 Hz…

/ Et puis vous trouvez qu’elle manque d’attaque, et vous ajoutez quelques dB à 1,5 kHz…

/ Et puis finalement, elle manque d’épaisseur, donc vous ajoutez quelques dB à 300 Hz…

Ce « réflexe » n’est pas incorrect,

/ mais il est en général plus productif retirer les fréquences gênantes que de booster les fréquences que l’on veut mettre en valeur. / Dans le cas de la grosse caisse, cela peut-être être juste enlever quelques dB autour de 200Hz, pour lui enlever le coté « flou ».

De plus, un EQ en gain négatif s’entendra très souvent moins qu’un EQ en gain positif.

Vos mixages n’en seront que plus clairs et naturels !

3 – Céder à la tentation d’un EQ « impressionnante »

…ou la tentation de l’EQ en ‘V’ !

Ici le mieux est l’ennemi du bien : 

/ Que ce soit sur une piste, un groupe, ou un mixage entier, la tentation est grande d’utiliser l’EQ pour faire sonner une source de manière ‘impressionnante’ (ou comme disent nos amis Anglo-saxons ‘larger than life’).

/ Souvent cela se manifeste par un EQ en ‘V’ à savoir un gros boost dans le bas, et un gros boost dans les aiguës..

Il est important de garder en tête que dans ce domaine, tout est question d’équilibre :

/ un bas équilibré donnera de l’assise et un coté massif, et trop de bas donnera un son sourd et imprécis

/ un haut équilibré donnera un mix précis, et trop de haut donnera un son fin et manquant de puissance

Il est plus sage, d’une manière générale, de rester dans la mesure, et de toute façon, dans un mixage, d’équaliser toutes les pistes de manière complémentaire, afin qu’elles se complètent sans se masquer..    

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager !
Une réponse à "3 erreurs a ne pas faire avec un EQ en mixage"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *